Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une idée oubliée pour lutter contre le chômage...

Publié le par Sylvain Lambert-Virgili

La lutte contre le chômage en France est une grande cause et une impériale cause nationale.

Cependant il existe des pistes qui pourraient être intéressante à suivre.

On parle souvent de ne pas trouver preneur sur certaines offres d'emploi... Il y a deux causes majeures à cela.

La première est le manque de formation initiale vers ces métiers qui recrutent par un manque d'orientation "intelligente" des jeunes en formation initiale.

La seconde est que l'on offre peu de formations encourageantes à des demandeurs d'emplois pour les inciter à entreprendre une reconversion.

Sur la première, le rôle de l’Éducation Nationale est central et ce dédaignement des informations d'orientation est latent depuis plus de 30 ans. Il serait donc bon que Mr Peillon au lieu de parader sur les rythmes scolaires (autre débat) se penche réellement sur ce problème qui fait que nous avons de plus en plus de jeunes titulaires d'un Bac, de plus en plus de jeunes aussi qui quittent le système scolaire avec de vrais difficultés sur la formation de base et enfin un taux de chômage de nos jeunes issus du milieu scolaire ou universitaire qui ne trouvent pas d'emplois cr issus de filières pour lesquelles il n'y a que peu de débouchés.

Sur la seconde, je vous pose une question : pourquoi voulez vous qu'un demandeur d'emploi ayant des droits courants sur un an et percevant des indemnités de 1500€ net, pourquoi donc ce demandeur d'emploi irait travailler pour des salaires moindres ?

Là est toute la difficulté. Jean-louis Borloo il y a près de 20 ans, proposait la chose suivante :

Pôle-Emploi doit proposer 3 offres d'emplois réelles et ciblées pour le demandeur qui n'aurait que 2 possibilités de refuser.

Dans le cas où l'emploi proposé serait d'un salaire inférieur à celui indemnisé alors Pôle-Emploi rémunèrerait alors la différence. Ainsi l'assurance chômage verserait moins d'indemnités, diminuerait le nombre de chômeurs, permettrait aussi à l'Etat de récupérer des prestations sociales et cela nous placerait dans un cercle vertueux.

Je vous entends déjà me dire : oui mais si les emplois sont en dehors de la qualification des chômeurs ?

Et bien dans ce cas précis, il serait alors intelligent de proposer des formations qualifiantes ou diplômantes aux demandeurs d'emploi, ce qui augmenterait leur attractivité sur le marché du travail et en même temps serait une utilisation intelligente des fonds spéciaux qui sont attribués à Pôle-Emploi pour la formation. (Ces fonds sont en augmentation chaque année et ne produisent pas d'effets à ce jour)

Je vous entends aussi me dire : les patrons auront bon dos de proposer ainsi des salaires bas pour profiter de la mesure.

Et bien sur ce point il faudrait mettre autours de la table les patrons et de figer de minimums de salaires en effectuant des moyennes branche d'activité par branche d'activité et métier par métier.

Bien sur comme toute idée, celle ci se prête à caution et à critiques. Cela n'est peut être pas parfait mais devant les échecs de tous les gouvernements depuis plus de 15ans n'y a t-il rien à tenter ?

Au delà des divergences partisanes, l'intérêt est certainement de privilégier l'intérêt national et des citoyens, ne croyez vous pas ?

Commenter cet article