Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bilan des Elections Régionales

Publié le par Sylvain Lambert-Virgili

Au sortir des élections régionales, il semblerait qu’un tremblement de terre ait été évité. Du moins, c’est ce que l’on peut lire ou entendre sur tous les médias, réseaux sociaux ou dans la bouche des représentants politiques de tout bord. Ce qu’il reste de cette élection, c’est le bouleversement dans les partis politiques traditionnels, car le front républicain ne fait que renforcer le nombre d’électeurs du Front National. Le renoncement des uns, le refus de choisir pour les autres ne fait qu’accentuer l’augmentation des partisans frontistes.

Alors que faire ?

Nos politiques semblent désarçonnés car l’opinion s’exprime insatisfaite d’être roulée dans la farine depuis plus de 40 ans. Aujourd’hui pour eux il semble plus légitime de lutter contre le Front National que de lutter pour obtenir des résultats autour de leurs idéologies. On entend ici ou là la volonté de se rassembler Droite et Gauche confondues pour créer une coalition d’intérêt général comme le CNR de l’après guerre. Du reste y a-t-il de grandes différences entre le Sarkozy de 2007 et le Hollande de 2012, l’un est au centre droit quand l’autre est au centre gauche. Chacun d’entre eux a fait reculer l’impopularité due à la faiblesse de leurs résultats par la gestion d’une crise, économique et politique pour Sarkozy et sécuritaire pour Hollande.

Cette fausse bonne idée n’aurait qu’un seul effet : celui de renforcer encore le poids du Front National. En effet, si l’on créait cette coalition, le clivage gauche – droite disparaitrait et d’un tripartisme aujourd’hui patent, nous aurions alors un bipartisme dangereux entre ceux que l’on pourrait appeler « Centristes » et les « Frontistes ». Cette redistribution des cartes nous amènerait inexorablement vers la victoire un jour du Front National au sommet de l’état.

Pour autant doit on tout balayer des thèses de l’extrême droite ? Elles sont certainement jusqu’au boutistes, mais non dénués de fondement et sur certains aspects sans grandes différences avec les thèses communistes des années 60-70. Leurs thèses nationalistes trouvent écho auprès de nos concitoyens car la souffrance mène à la désespérance et celle-ci à un repli sur soi. Etre patriote ce n’est pas être xénophobe, car être français ce n’est pas une couleur de peau ou une religion, c’est un pays qui n’a connu de grandes heures que rassemblé pour un idéal de vie.

Ce qu’il manque :

C’est de l’ambition, celle de vouloir que notre pays redevienne un grand pays,

C’est de la fierté, celle d’appartenir à ce pays et avoir à cœur de le revendiquer,

C’est du courage, celui d’accepter des réformes profondes pour que nos enfants en profitent,

C’est de la force, celle de savoir que derrière lui, il y a quelqu’un pour le soutenir,

C’est de l’honnêteté, celle de ne servir l’intérêt général que pour l’intérêt général,

C’est de l’humilité, celle de ne pas croire que seul le pouvoir possède la connaissance,

C’est du cœur, car sans cœur il n’ya aucune humanité.

Alors que la gauche se rassemble autour d’idées réalistes à mettre en œuvre.

Alors que la droite se retrouve autour de valeurs morales et économiques non conservatrices.

Mais surtout que chacun lutte pour ses idées et pour la France et non contre de soi-disantes peurs que l’on agite à tours de bras en ne faisant que de les renforcer.

Le réveil de la Force est en nous… Ce n’est pas du cinéma.

Commenter cet article