Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L Heure de ton départ

Publié le par Sylvain Lambert-Virgili

Cette fois les nuages avancent

Tu en finis avec cette souffrance
Tu t’envoles vers l’inconnu, l’infini
Tu emportes nos vies, nos souvenirs
Nous n’avons pas l’âme à sourire
Tu disais, faut aimer la vie, même si…
Cette fois tu as déserté, arrêté le combat
On s’était dit pourtant qu’on n’abandonnerait pas
Mais toutes nos forces n’auront pas suffi
Tu t’envoles vers cet ailleurs
Où les étoiles rythmeront les battements de ton cœur
Où tu veilleras, on le sait sur nos vies


C’est l’heure de ton départ

On espère que c’est vers le meilleur que les vents te mènent
Cette inconnue qui a le secrets de nos chaines
Ici nous ne pouvions faire plus
Nous on accuse le sort, la vie, la déveine
On en veut après tout, ton destin, quelle haine
Mais cela ne nous rendra jamais ce que l’on a perdu
Nous espérons que dans le grand secret, tu auras de la chance
Même si désormais nous devrons nous contenter de ton absence
Nos souvenirs nous rappelle le privilège de t’avoir connu
Tu t’envoles au-delà de ce que l’on peut voir
Il nous manque bien souvent quand vient le soir
La douceur, la tendresse d’un regard

C’est l’heure de ton départ

Il ne nous reste que nos larmes
Pour affronter ce mélodrame
Bien sûr c’est la fin de tes douleurs
C’est ce qui nous persuade à l’intérieur
Où tu es y a-t-il une ligne d’horizon
Peux tu te construire une nouvelle maison

 

Maintenant qu’est acté l’heure de ton départ

Dans ton nouveau monde, ta nouvelle histoire
Auras-tu pu garder au fond de ta mémoire
Tout ce que nous étions pour te dire au revoir
A l’heure de ton départ

Au moment où tes yeux la dernière fois se sont fermés
Quels sont les derniers moments que tu auras emmené
J’aurai aimé gagner cette course contre le temps
Pour que tu saches que pour une fois j’étais bien présent
Que tu voies mes larmes qui ne coulaient pas auparavant

Dans ton nouveau monde, ta nouvelle histoire
Auras-tu pu garder au fond de ta mémoire
Tout ce que nous étions pour te dire au revoir
A l’heure de ton départ

Commenter cet article