Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

M auras tu pardonné

Publié le par Sylvain Lambert-Virgili

Je n’étais qu’un homme
Qui parfois a son cerveau qui déconne
Je me suis laissé séduire
Sans imaginer qu’on allait en souffrir
Bien sûr, avec du recul, une erreur
Un anéantissement dont j’étais précurseur
Comme une agonie longue et lente
Pour m’être perdu sur ses lèvres innocentes
Pourquoi ne peut on jamais savoir
Qu’une futilité nous bascule en plein cauchemar
Par fierté, par honte, je suis demeuré lointain
Espérant secrètement que nous aurions des lendemains.

Auras tu fais fi de mes erreurs passées
Auras tu pu faire semblant d’oublier
J’aimerais tant le croire, le penser
Sur la route des regrets
On en a jamais vraiment reparlé
Et quand tes yeux se sont fermés
M’auras tu pardonné ?

J’avais imaginé de nouveaux matins
Que l’on vivrait plus sous compte à rebours
Une vie de sourires, de câlins
Un amour amitié, pour toujours
Mais tout s’est assombri
Sans qu’on le voit venir
Tous ces rêves se sont obscurcis
Lorsque tu en as fini de souffrir


Auras tu fais fi de mes erreurs passées
Auras tu pu faire semblant d’oublier
J’aimerais tant le croire, le penser
Sur la route des regrets
On en a jamais vraiment reparlé
Et quand tes yeux se sont fermés
M’auras tu pardonné ?

Désormais je n’ai plus vraiment le cœur
De croire en l’avenir, d’effacer les pleurs
D’imaginer que je puisse cueillir une nouvelle fleur
En fait, un peu trop honte pour pouvoir sourire
Toutes mes nuits sont insipides
Sans tes bras je me dilapide
Mes cendriers sont pleins, mon haleine fétide

Auras tu fais fi de mes erreurs passées
Auras tu pu faire semblant d’oublier
J’aimerais tant le croire, le penser
Sur la route des regrets
On en a jamais vraiment reparlé
Et quand tes yeux se sont fermés
M’auras tu pardonné ?

Quand tu ne crois plus en qui tu es
Dois tu continuer à exister
J’ai si souvent pensé partir avant toi
Qu’aujourd’hui, il ne reste plus que moi
Est-elle ainsi la vie d’un condamné ?
Je la mérite pour t’avoir tant blessée
J’ai laissé trop de bouts de moi
Dans trop de différents endroits
J’ai ainsi gâché ce qui nous restait de vie
Qu’aucune peine ne sera assez forte aujourd’hui…

Auras tu fais fi de mes erreurs passées
Auras tu pu faire semblant d’oublier
J’aimerais tant le croire, le penser
Sur la route des regrets
On en a jamais vraiment reparlé
Et quand tes yeux se sont fermés
M’auras tu pardonné ?

Commenter cet article